Vaccins chez le lapin

Imprimer
Mis à jour le Mardi, 23 Octobre 2012

Il est possible de vacciner les lapins contre la myxomatose, la maladie virale hémorragique (VHD), la pasteurellose, les toxi-infections à germes anaérobies (entérotoxémies), le tétanos, la colibacillose. On vaccine en pratique à titre préventif les lapins de compagnie contre la myxomatose et la VHD.

 

 

Un vaccin doit toujours être l’occasion pour le vétérinaire, surtout à l’occasion d’une primovaccination, de donner des conseils utiles au propriétaire en matière de soins, d’entretien et d’alimentation. Il permet aussi  d’effectuer un examen de santé complet, en particulier un examen bucco-dentaire si important chez le lapin de compagnie

Vaccination du lapin contre la myxomatose

Qu’est-ce que la myxomatose ?

La myxomatose est une maladie virale due à un Poxvirus de la famille des Leporipoxvirus. Les lapins de race naine semblent moins sensibles. Les  rongeurs et lièvre sont résistants. La transmission est directe (par contact des lapins entre eux) , ou indirecte ( par les insectes piqueurs dont la puce spécifique au lapin Spilopsyllus cuniculi , les manipulations de l’éleveur, les aiguilles à injection. Le virus très résistant dans le milieu extérieur (2 ans), au froid et à la dessication (10 mois sur une peau de lapin mort). La forme nodulaire classique s’observe en période estivale, la forme respiratoire sans prédominance saisonnière, et il existe des formes atypiques plus difficiles à diagnostiquer.

Les signes cliniques de la myxomatose sont en effet variées, les formes atténuées sont fréquentes. La forme  nodulaire aiguë typique est transmise par les insectes piqueurs, avec un pic saisonnier en été et automne. Après une  incubation de 8 à 12 jours, voire 3 semaines, apparaît une hyperthermie accompagnée d’anorexie, d’une blépharo-conjonctivite et d’un oedème de la face, du périnée et des organes génitaux. On observe ensuite des nodules typiques (myxomes) sphériques (1-5 mm diamètre), rose-violacées sur la tête (oreilles, lèvres, paupières) et la région ano-génitale. L’évolution est mortelle en 1 à 2 semaines. Les formes atténuées sont d’évolution plus longue. Le lapin Angora présente une forme particulière appelée maladie des boutons rouges, sur des sujets vaccinés à l'aide d’un vaccin hétérologue  Elle fait son apparition 7 à 8 j après épilation, et se traduit par des lésions myxomateuses localisées aux zones épilées. L’évolution est favorable. La forme respiratoire s’observe toute l’année sur  des lapins vivant en milieu clos. Après une incubation de 1 à 3 semaines, la maladie évolue vers la chronicité, avec des signes respiratoires et des lésions cutanées maculeuses congestives discrètes sans myxomes au niveau des oreilles et de la face

 

Quels vaccins et comment vacciner contre la myxomatose ?

La primovaccination peut être effectuée dès l’âge de 28 jours. On met à profit une immunité croisée avec le virus du fibrome de Shope pour utiliser un vaccin hétérologue par voie sous-cutanée (Lyomyxovax®) ou intradermique (Dermyxovax®  , Vacciderm®).

Les injections de rappel sont effectuées 6 à 8 semaines plus tard, puis tous les 4 à 6 mois, à l’aide du même vaccin hétérologue ou d’un vaccin homologue (Dervaxymyxo SG 33 Rappel®) à la condition d’être dans un milieu parfaitement sain.

Il existe aussi aujourd’hui un vaccin combiné myxomatose-VHD, le Nobivac Myxo-RHD®, vaccin recombinant à haut pouvoir immunogène. La vaccination s’effectue à partir de l’âge de 5 semaines, en une seule injection sous-cutanée, avec un rappel annuel. L’immunité s’installe en 3 semaines et persiste durant un an. Le protocole de vaccination est donc simplifié.

 

Vaccination contre la maladie virale hémorragique (VHD)

Qu’est-ce que la VHD ?

La maladie virale hémorragique ou VHD une maladie virale très contagieuse due à un Calicivirus, qui atteint essentiellement les adultes et préadultes. Le virus très résistant dans le milieu extérieur  est transmit de façon directe entre lapins (les premiers signes apparaissent 48 h. plus tard) ou de façon indirecte par voie orale ( cadavres, fourrages ou de verdure contaminée), par les chiens ( consommation de cadavres contaminés ) ou par les insectes piqueurs.

L’évolution de la maladie est extrêmement rapide et toujours mortelle. Des mortalités se succèdent dans la plupart des cas, sans que les symptômes n’aient le temps d’apparaître. Tout au plus, peut-on observer un pic thermique initial, suivi 24 h. plus tard par une dyspnée accompagnée d’hypothermie, parfois d’épistaxis (saignement de nez) et de mélénas (sang dans les crottes).

Quels vaccins et comment vacciner ?

Les vaccins inactivés adjuvés étaient les seuls utilisables jusqu’à l’année dernière. La primovaccination s’effectue en milieu sain, à l’aide d’une injection unique à l’âge de 8 semaines (Cunical®) ou de 10 semaines (Lapinject®), et en milieu contaminé à l’aide d’une injection vers 5 à 6 semaines avec un rappel 4 à 6 semaines plus tard, puis un rappel tous les 6 mois (Cunical®) ou tous les ans (Lapinject®).

Le nouveau vaccin recombinant myxomatose-VHD (voir plus haut) permet désormais une vaccination beaucoup plus simple et efficace

 

Autres vaccins : pasteurellose et entérotoxémie

Pasteurellose

La pasteurellose est une maladie redoutable responsable chez le lapin d’une infection des voies respiratoires supérieures (coryza) puis des voies respiratoires profondes (pneumonie,

pleurésie,  abcès pulmonaires) si la maladie n’est pas soignée ou mal soignée

Le Pabac® (valence Pasteurella multocida) possède une AMM lapin en France. Il s’administre dès la 5ème semaine, avec un rappel 4 mois plus tard, puis tous les 6 mois.

D’autres vaccins peuvent être utilisés, mais hors AMM : le Rhiniffa®  (P. multocida + Bordetella bronchiseptica) par voie IM, le Lysopast ® (P. multocida + P. haemolytica) par voie SC, selon un protocole similaire et à la posologie de 0.5 ml par injection. Ces derniers vaccins sont utilisés sous l’entière responsabilité du vétérinaire vaccinateur.

Entérotoxémie

Deux vaccins possèdent une AMM chez le lapin : le Coglavax® et le Tasvax® . La primovaccination s’effectue dès l’âge de 2 semaines pour les jeunes issus de mères non vaccinées, et à partir de 8 semaines pour les jeunes issus de mères vaccinées. Un rappel est effectué 4 à 6 semaines plus tard, puis tous les ans.

Protocoles de vaccination chez le lapin . Récapitulatif.

 

Age des sujets

Myxomatose

VHD

Aff. respiratoires

Entérotoxémie

2 semaines

Coglavax

Tasvax

(jeunes issus de mères non vaccinées)

4 semaines

Lyomyxovax

Dermyxova

Vacciderm

5 semaines

Nobivac Myxomatose -RHD

Nobivac-Myxomatose-RHD

Pabac

Rhiniffa

Lysopast

8 semaines

Cunical

Coglavax

Tasvax

(jeunes issus de mères non vaccinées)

10-12 semaines

Vaccins homologues

Dervaxymyxo

Lapinject

Pabac

Rhiniffa

Lysopast

Rappels

Tous les ans (Nobivac Myxomatose-RHD)

Tous les 4 mois

(autres vaccins)

Tous les 6 mois (Cunical)

Tous les ans (Lapinject et Nobivac Myxomatose-RHD)

Tous les 6 mois

4 à 6 semaines plus tard, puis tous les ans

 

 

 

Designed by Free Joomla Templates